La mosquée de Pantin, fermée en octobre après l’assassinat de Samuel Paty, rouvrira vendredi

[ad_1]

La mosquée de Pantin, fermée fin octobre, au lendemain de l’assassinat de l’enseignant Samuel Paty, rouvrira vendredi, a annoncé mercredi à l’Agence France-Presse (AFP) le préfet de la Seine-Saint-Denis, Georges-François Leclerc.

Cette mosquée d’environ 1 300 fidèles avait été fermée pendant six mois sur instruction du ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin. En cause, le relais, sur la page Facebook du lieu de culte, d’une vidéo qui avait été à l’origine de l’engrenage ayant conduit à l’assassinat de Samuel Paty, ainsi que la présence d’un imam formé au Yémen et accusé par les autorités d’être « impliqué dans la mouvance islamiste ».

Le 16 octobre, un réfugié d’origine russe tchétchène âgé de 18 ans avait décapité l’enseignant de 47 ans, lui reprochant d’avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves. Après ce drame, le ministère de l’intérieur avait promis « une guerre contre les ennemis de la République » et lancé une série d’opérations contre la mouvance islamiste.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Dans les coulisses de la réouverture de la mosquée de Pantin : « Cette fermeture a été vécue comme une punition pour les fidèles »

L’imam de la mosquée de Pantin, qui était dans le viseur du ministère, avait démissionné dès le 26 octobre. Mais Gérald Darmanin et le préfet de la Seine-Saint-Denis avaient fixé une condition sine qua non à la réouverture anticipée de la mosquée avant le ramadan (mi-avril) : le départ de son recteur, M’hammed Henniche.

Ce dernier, qui était à la tête de la fédération musulmane de Pantin depuis 2013 et y avait récemment été réélu, a annoncé sa démission mi-mars, ouvrant la voie à la réouverture du lieu de culte. « L’association gestionnaire de la mosquée de Pantin a changé ses dirigeants. Je demande au préfet [de la Seine-Saint-Denis] de se mettre en rapport avec la nouvelle équipe pour envisager la réouverture de la mosquée dans les meilleurs délais », avait réagi sur Twitter Gérald Darmanin lundi 15 mars, à la suite de la démission de M. Henniche.

M’hammed Henniche, musulman conservateur âgé de 50 ans, entrepreneur de profession, a été pendant une vingtaine d’années un interlocuteur privilégié des pouvoirs publics, y compris de Nicolas Sarkozy lorsque ce dernier était président. Il garde ses fonctions de secrétaire général de l’union des associations musulmanes de la Seine-Saint-Denis (UAM 93). Le conseil d’administration de la mosquée a choisi de le remplacer par Dramé Abderrahman.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Fermeture de la mosquée de Pantin : le salafiste, l’affairiste et les politiques

Le Monde avec AFP



[ad_2]

Source link

Add Comment