Le pape François exhorte la communauté internationale à un partage plus équitable des vaccins contre le Covid-19


Le pape a jugé « scandaleux » dimanche 4 avril, dans son traditionnel message de Pâques, la poursuite des guerres et de la course à l’armement dans le contexte de la pandémie et exhorté la communauté internationale à partager les vaccins contre le Covid-19 avec les pays les plus pauvres.

François a consacré son allocution pascale, précédant la bénédiction urbi et orbi (à la ville de Rome et au reste du monde), aux plus vulnérables, les malades souffrant du Covid-19, les migrants, les personnes précipitées dans la précarité par la pandémie et les populations victimes des guerres en Syrie, au Yémen, en Libye et en Afrique.

Lire aussi Covid-19 dans le monde : le pape espère une renaissance post-pandémique

Faire « cesser le fracas des armes »

« La pandémie est encore en cours ; la crise sociale et économique est très lourde, en particulier pour les plus pauvres ; malgré cela – et c’est scandaleux –, les conflits armés ne cessent pas et les arsenaux militaires se renforcent », a-t-il fustigé.

Le souverain pontife a appelé à faire « cesser le fracas des armes dans la bien-aimée et martyrisée Syrie, où des millions de personnes vivent désormais dans des conditions inhumaines, ainsi qu’au Yémen dont les événements sont entourés d’un silence assourdissant et scandaleux, et en Libye, où l’on entrevoit enfin la sortie d’une décennie de disputes et d’affrontements sanglants ».

Il a également évoqué ceux qui en Birmanie, théâtre d’un coup d’Etat et de manifestations réprimées dans le sang par les militaires, « s’engagent pour la démocratie en faisant entendre pacifiquement leur voix ». Il a demandé à la communauté internationale de venir en aide au « peuple libanais qui traverse une période de difficultés et d’incertitudes » et dit espérer que les « Israéliens et Palestiniens retrouvent la force du dialogue pour parvenir à une solution stable », répétant son soutien à une solution à deux Etats indépendants.

Le pape a salué « le chemin de pacification entrepris » en Irak, où il s’est rendu en mars – premier voyage de l’Argentin depuis novembre 2019 –, fustigé « les violences internes et le terrorisme international » au Sahel et au Nigeria et souhaité la libération des prisonniers dans les conflits en Ukraine et au Haut-Karabakh.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le pape François rentre d’Irak « fatigué », mais heureux de « revivre, après ces mois de prison » dus à la pandémie

Il a prononcé son homélie depuis la basilique Saint-Pierre aux bancs clairsemés, alors que d’ordinaire les célébrations pascales attirent des dizaines de milliers de pèlerins au Vatican. L’Italie, en ce week-end saint ensoleillé, est retournée en confinement afin d’éviter des rassemblements populaires et familiaux dans un pays déjà durement touché par la pandémie qui y a fait plus de 110 000 morts.

« Internationalisme des vaccins »

Au sujet de la crise épidémique, Jorge Bergoglio, de son vrai nom, après avoir rendu hommage aux médecins et infirmiers en première ligne, a rappelé que « les vaccins constituent un instrument essentiel pour cette lutte ».

« Dans l’esprit d’un “internationalisme des vaccins”, j’exhorte donc toute la communauté internationale à un engagement partagé afin de surmonter les retards dans leur distribution et en favoriser le partage, en particulier avec les pays les plus pauvres. »

Partout dans le monde, a-t-il souligné, « la pandémie a malheureusement augmenté dramatiquement le nombre de pauvres et le désespoir de milliers de personnes », appelant « les autorités publiques » à leur offrir « les aides nécessaires à une subsistance suffisante ».

François avait, auparavant, célébré la messe de la résurrection en présence d’une centaine de personnes. Vendredi soir, il avait présidé sur la place Saint-Pierre son deuxième chemin de croix d’affilée sans public à cause du Covid-19, mais avec la participation d’enfants italiens. Et il avait célébré, le dimanche 28 mars, la messe des rameaux, qui marque l’entrée dans la semaine sainte de Pâques, en présence d’une centaine de fidèles et une trentaine de religieux.

Le pape argentin, âgé de 84 ans, a considérablement réduit ses apparitions publiques depuis le début de la pandémie, lui qui d’ordinaire prise les bains de foule, serre volontiers les mains des fidèles et embrasse les enfants.

Lire aussi Le pape François envisage de finir sa vie à Rome

Le Monde avec AFP



Source link

Add Comment