l’immunité collective pourra être atteinte dans l’UE à la « mi-juillet »

[ad_1]

L’immunité collective contre le nouveau coronavirus pourra être atteinte pour les 450 millions d’habitants de l’Union européenne (UE) à la mi-juillet, déclare Thierry Breton, le commissaire européen à l’Industrie en charge du déploiement des vaccins dans le bloc.

La pandémie de Covid-19 a fait plus de 2 847 000 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’Agence France-Presse (AFP) à partir de sources officielles dimanche en milieu de journée. Ces chiffres sont globalement sous-évalués. Ils se fondent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sans inclure les réévaluations reposant sur des bases statistiques.

  • L’immunité collective attendue dans l’UE à la « mi-juillet »

Thierry Breton, le commissaire européen en charge des vaccins, qui, fin mars, avait jugé possible une immunité collective le 14 juillet dans l’Union européenne (UE), réaffirme dans Le Parisien daté de lundi que cet objectif pourra être atteint à la « mi-juillet ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : comment l’Europe entend conquérir son autonomie dans la production de vaccins

« Nous avons (…) désormais une vraie visibilité de ce qui se passe, de la fabrication au stockage, en passant par l’enflaconnage ou les tests », indique-t-il à propos de la fabrication des vaccins contre le Covid-19. « 14 millions de doses ont été livrées en janvier à l’UE, 28 millions en février et 60 millions en mars. Pour le trimestre suivant, nous passons à 100 millions en avril, mai et juin. Puis 120 millions à l’été et nous atteindrons un rythme de croisière de 200 millions à partir de septembre », ajoute-t-il, en marge d’un déplacement chez un sous-traitant pharmaceutique de Moderna, à Chenôve (Côte d’Or). Sur l’ensemble du second semestre, plus de 800 millions de doses auront été livrées à l’UE, selon Thierry Breton. « L’immunité collective pourra être atteinte pour l’ensemble des habitants de l’Union européenne à mi-juillet », assure-t-il.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Entre AstraZeneca et les Européens, la méfiance est à son comble

Evoquant la lenteur du déploiement de la vaccination en Europe, le commissaire européen met par ailleurs directement en cause le laboratoire AstraZeneca. « Si nous avions reçu les 100 % de vaccins AstraZeneca qui nous étaient contractuellement destinés, l’Union européenne serait aujourd’hui au même niveau que la Grande-Bretagne en termes de vaccination », déclare-t-il. « Je l’affirme donc, le trou d’air que nous avons enregistré provient uniquement des défauts de livraisons d’AstraZeneca », poursuit-il, ajoutant que l’Europe examine cette situation d’un point de vue juridique.

  • Première livraison de vaccins en Libye

S’agissant du déploiement des vaccins, la Libye a reçu une première livraison avec l’arrivée à Tripoli de 100 000 doses du vaccin russe Spoutnik V, au moment où le pays observe une augmentation des cas, avec un système de santé fragilisé par les conflits.

Au Royaume-Uni, le gouvernement prévoit de tester dès mi-avril en Angleterre un système de passeport sanitaire pour permettre la reprise d’activités très affectées par la pandémie, comme les matchs de football et les événements en salles.

  • Bombay reconfinée lundi, le Portugal prolonge les restrictions

Sur le front des restrictions décidées pour endiguer la propagation du virus, en Inde, l’Etat du Maharashtra, où se situe Bombay, la capitale financière, va imposer un confinement de week-end et un couvre-feu nocturne à ses 110 millions d’habitants pour faire face à une recrudescence de la pandémie, ont annoncé dimanche les autorités.

Le Portugal prolonge les restrictions de passage aux frontières pour les touristes jusqu’au 15 avril, une mesure qui avait été mise en place fin janvier pour faire face à l’explosion des cas de Covid-19, a annoncé dimanche le ministère de l’intérieur.

  • Au Pérou, un troisième candidat à la présidentielle positif au Covid-19

Au Pérou, George Forsyth est devenu dimanche le troisième candidat à l’élection présidentielle péruvienne à être testé positif au Covid-19. L’ancien footballeur professionnel a immédiatement suspendu les réunions publiques qu’il devait faire au cours de la dernière semaine de campagne, avant le scrutin du dimanche 11 avril.

Le Monde avec AFP et Reuters

[ad_2]

Source link

Add Comment